Fin de l’histoire

Zébulon sort de chez lui et ramasse quelque chose sur son paillasson : il ne sait pas trop ce que c’est mais peut-être que ça appartient à la personne qui lui a volé son téléphone ?



Il se met en route et va frapper à la porte de son voisin Emilio.
Il attend longtemps que la porte s’ouvre.
En attendant, il essaye de se recoiffer mais sans son téléphone, c’est moins pratique. Emilio était en train de chercher son doudou lapinou, et quand il ouvre la porte, il a le même petit objet que Zébulon a ramassé sur son paillasson.

– Mais qu’est-ce que c’est ? demande Zébulon.

– Aucune idée. C’est peut-être à Pétronille, répond Emilio.

Alors ils vont tous les deux chez Pétronille pour savoir. La pauvre Pétronille est bien embêtée de ne pas retrouver sa baguette mais elle fait quand même plein de bisous à ses deux copains qui sont un peu gênés… Elle aussi a trouvé ce petit objet bizarre, et elle a l’air de savoir ce que c’est.

– Ce sont les jolis nœuds de Babette ! Peut-être qu’elle les a perdus et qu’elle les cherche, elle aussi !

Ils partent donc tous les trois chez Babette qui habite juste à côté. Ils frappent à la porte, et personne ne répond !

– Elle est peut-être sortie, suggère Emilio.

Mais Pétronille frappe plus fort à la porte.

– Elle m’a dit qu’elle resterait là tout l’après-midi !

Et en effet, Babette finit par ouvrir la porte. Tout ce petit monde est très étonné de voir Babette la coquette toute décoiffée ! Pétronille lui tend les petits objets qu’ils ont trouvés devant chez eux et lui fait à elle aussi de gros bisous.

– Tu as retrouvé mes jolis nœuds ! Merci beaucoup ! dit-elle en se les accrochant dans les cheveux.

Et elle découvre que tous ses amis sont là (parce que jusqu’à présent elle n’avait reconnu que Pétronille avec ses bisous baveux, tous ses cheveux lui cachaient la vue !)

– Oui, et toi, tu n’aurais pas vu nos affaires ? On les a perdues, on n’arrive pas à les retrouver.

Babette regarde ses pieds, gênée, Emilio essaye de chatouiller Pétronille, Zébulon se regarde dans la fenêtre pour vérifier qu’il a les dents bien propres et toujours un beau sourire. Babette ouvre grand la porte pour les laisser rentrer.

– Je vous les ai chipées pour que veniez chez moi prendre le goûter, explique-t-elle en rendant à Pétronille sa baguette magique, à Emilio son doudou lapinou et Zébulon son téléphone. Vous voulez quand même bien rester ? Vous ne m’en voulez pas trop ?

– Tu es vraiment la plus coquinette en plus d’être la plus coquette ma chère Babette ! dit Zébulon.

Et ils acceptent tous de prendre le goûter avec Babette. Emilio leur fait un beau tour de magie, Zébulon prend plein de photos, et Pétronille leur fait à tous de gros câlins.

On est quand même bien quand on passe de jolis moments avec tous ses copains !


Cette histoire a été imaginée par notre cousine écrivaine Maud.